La Brionne en Creuse

Le Jardin Val Maubrune

Val Maubrune est un jardin mis en œuvre en 1997 et ouvert au public en 2011. Il se situe en Creuse sur l’axe Limoges-Clermont-Ferrand, dans les Monts de Guéret, à 8 km à l’ouest de cette ville (voir la localisation rapprochée dans la rubrique  »informations pratiques » ).

EN 2022 LE JARDIN SERA OUVERT DES LE VENDREDI 15 AVRIL 14H30

Val Maubrune est un jardin paysage aux multiples facettes. Niché dans un grand vallon où ombres et lumières jouent sous les arbres, le jardin suscite l’émotion au fil des saisons. Une source donne vie au vallon, accompagne le visiteur, apporte fraîcheur en plein été.

Au détour des sentiers, plantes, fleurs, fougères et mousses déroulent leur tapis dans un climat de douceur en harmonie avec une nature apprivoisée. Aulnes, saules, bouleaux… guident le regard, rythment le vallon et en révèlent le graphisme. Sur la crête, de grands chênes, les « six frères » veillent sur la prairie. De nombreux bancs incitent le promeneur au repos, à la lecture ou à la rêverie. Un belvédère ombragé par de grands hêtres invite au pique-nique et à la détente.

Val Maubrune surprend et apaise.

  • Le jardin a reçu en 2012 « le Prix coup de cœur » décerné par l’Association des Journalistes du Jardin et de l’Horticulture (AJJH).
  • Le jardin a reçu le label  »Jardin Remarquable » en 2014 par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC)
  • Le jardin a obtenu sa première étoile au Guide Vert Michelin 2021.

L’intégration du jardin

Une partie du jardin est construite sous de jeunes saules; Ils résultent de la restauration complète d’une vieille saulaie laissée à l’abandon depuis fort longtemps et retournée à l’état de sauvagerie impénétrable. Seul le relief a été gardé intact et peut déjà expliquer en partie cette première image.

Le pré descend en légère pente et pénètre délicatement dans la partie jardinée. Il en est ainsi partout dans la rencontre du jardin et de la campagne. La campagne environnante s’engage dans le jardin, le jardin s’avance dans la nature alentour. C’est le relief primitif qui règle cette osmose plus ou moins importante.

Nulle part il n’y a de limite marquée entre le jardin et la campagne, ni haie ni bordure de buis, de houx ou de troènes. Jardin et nature sauvage forment un grand tapis continu de verdures variées et de fleurs diverses.

Ceci est la première trace visible d’une volonté d’intégration du jardin dans la campagne environnante, continuité sans rupture.

Intégrer le jardin dans la campagne alentour, ce n’est pas copier fidèlement ce qu’on peut y rencontrer « naturellement » mais c’est rechercher des résonnances entre tous les paramètres qui déterminent le style du jardin: les arbres, les arbustes, les vivaces, les fleurs, les graminées, le cheminement, les fabriques…et plus particulièrement ce qui conditionne la structure du jardin (rythme, couleurs des verdures et des fleurs, la suggestion des courbes légères et les volumes).

Transparence

Entre deux et quatre mètres en hauteur, seuls émergent ces troncs gris d’arbres étroits. Ce sont les saules recépés de la vieille saulaie. Ils ont rapidement rejailli et grandi. Ils ont été choisis et quelques-uns recoupés pour souligner la structure principale de Val Maubrune, celle d’un grand arc à fond plat et aux bords fortement relevés.

Débarrassés des multiples rejets que forment inlassablement les saules tout au long de leur tronc, les saules donnent à l’ensemble du jardin une très grande transparence.

De quelque endroit que ce soit, le jardin est visible en profondeur dans toutes les directions. Comme pour la transition entre la campagne et le jardin nous souhaitions réaliser une continuité aussi douce que possible, à l’intérieur du jardin même, sans ruptures telles que les créeraient des allées un peu larges ou des massifs floraux cernés de buis. Mieux encore, la campagne alentour est visible à travers les troncs frêles des saules. Et de l’intérieur du jardin, on peut apercevoir les bois et les prés qui le cernent tout en le laissant aéré et transparent.

Avec un choix équilibré de plantes locales et de plantes exogènes, celui de fleurs de couleurs douces et de petite taille, rappelant celles des prés, Val Maubrune se trouve très intégré dans le paysage creusois d’où le titre:  » Un jardin en Creuse ».

Alliance des plantes

Dans la plaine, cette partie plate et lumineuse débarrassée de ses grands saules, une multitude de plantes accueille le visiteur.

Quelques rochers sont encore à leur place, quelques cépées de saules étalent encore leur parapluie mais d’autres, plus solitaires, ont été taillés en boule. Au pied des grands arbres, des hydrangeas puissants apportent une large tache de couleur douce, en résonnance avec les graminées de haute taille terminées par des épis dorés. Au sol s’entremêlent des iris, quelques fougères, toutes sortes de plantes non fauchées, poussant en toute liberté et servant de lien entre le sauvage et le manufacturé; c’est l’alliance des plantes.

Ombre et lumière

Deux grosses touffes de couleur sur un fond d’aulnes plus sombre.

La lumière est étale. Mais la grande diversité des verts modèle le paysage comme le ferait une lumière très variée de proche en proche

Le contraste entre taches claires et taches sombres fait penser à des empilements inégaux d’un même matériau.

Une tache claire cernée d’un noir profond introduit le tragique.